Michel de Rosen

Inspecteur Général des finances et chef d’entreprise

Deux questions à Michel de Rosen

Pourquoi soutenez vous ce projet ?

Permettez moi de commencer par répondre par une boutade. On demandait à un homme d’État la différence entre l’ignorance et l’indifférence. Il répondit : je ne sais pas et je m’en fiche.
Plus sérieusement, l’Islam est une grande religion qui rassemble aujourd’hui plus d’un milliard sept cents millions de fidèles. L’Islam progresse dans le Monde mais il reste mal connu et mal compris et fait l’objet de préjugés dangereux.
Nous devons lutter contre cette indifférence et cette ignorance. L’initiative  “L’Islam au 21ème siècle” s’inscrit remarquablement dans ce besoin. Elle mobilise des dirigeants politiques, des intellectuels, des religieux, en majorité musulmans, tous de bonne volonté et ayant le sens du dialogue et le respect des autres.

Qu’en attendez vous ?

Les objectifs sont clairs. Mieux faire connaître et comprendre l’Islam. Permettre à l’Islam moderne – celui que certains appellent l’Islam modéré, l’Islam du 21ème siècle – de s’exprimer et de se faire entendre. Il faut que les complexités et les dynamiques en cours au sein de l’Islam soient mieux comprises. Fondamentalement, il s’agit de lutter contre l’intolérance et les préjugés et de rapprocher les gens, c’est à dire les hommes et les femmes de ce monde. Et de contribuer ainsi à bâtir un monde qui ne soit pas uniforme mais respectueux de sa diversité.

Michel de Rosen,
Président du Conseil de Faurecia
& membre du Haut Comité de Gouvernement d’Entreprise

Inspecteur des finances, après avoir servi l’État en tant que chargé de mission au Ministère de la Défense et en tant que directeur de cabinet du ministre de l’Industrie, des Télécommunications, des Postes et du Tourisme, Michel de Rosen a mené sa carrière dans l’industrie en tant que Président directeur général de Rhône-Poulenc Fibres et Polymères, Directeur général puis Président directeur général de Rhône-Poulenc Rorer, enfin de Rhône-Poulenc Santé. Il est, ensuite, devenu directeur général puis Président directeur général de Viropharma (États Unis).
Entre 2008 et 2009, il était Président directeur général de Saint-Gobain Desjonquères et entre 2009 et 2017, directeur général puis Président directeur général et enfin Président d’Eutelsat.
Il est, aujourd’hui, Président du Conseil de Pharnext, Président du Conseil de Faurecia et membre du Haut Comité de Gouvernement d’Entreprise.

Publications

Ouvrages (en collaboration) :
Armée Nation, le rendez vous manqué
Nationalisations
Réduire l’Impôt
Privatisations
Le retour du Capital